[FR] Innovation en Finance : bonnes résolutions pour bien débuter 2017

Transformation Digitale, Labs, Sandbox, l’innovation est devenue à la mode dans de nombreux secteurs, et la finance n’échappe pas au phénomène.

L’envie est forte de renouer avec la croissance en s’inspirant des géants du web, les fameux « GAFA » : Google, Amazon, Facebook, Apple. Leurs technologies (application mobile, Big Data Analytics, Machine Learning) et leurs business model (monétisation de la donnée, plateforme, « As-a-Service ») commencent à être connus et maîtrisés.

Longtemps protégée par une réglementation contraignante, la banque attire de nouveaux entrants convaincus de leur capacité à bouleverser le secteur grâce à la technologie. Nouvelles rivalités ? Peut-être, mais le plus souvent les Fintechs se positionnent comme des partenaires créatifs, complétant des titulaires parfois en manque de connaissance d’un domaine en pleine mutation.

Alors pourquoi tant de projets d’innovations bancaires ont du mal à décoller ?

Silos métiers : héritage du passé et culture du secret

Dans les années 2000, les marchés de capitaux ont connus une période de croissance exceptionnelle. Ce développement rapide a été géré par « silos métiers » très indépendants. Le retour à la normale ces dernières années a été difficile. De l’euphorie, nous sommes passés à la consolidation des acquis et à un impératif de maîtrise des coûts. Seule la mise en place des nouvelles réglementations justifiait de nouveaux investissements. Durant toute cette période, les banques n’ont pas su développer de « démarche R&D ».

Comme souvent dans les grands groupes, le fonctionnement des banques est marqué par des prises de décisions hiérarchiques et des processus stricts qui ne laissent aucune place aux initiatives personnelles. Plus que dans d’autres secteurs, la culture du secret est très ancrée, bridant de fait la collaboration à l’intérieur des entreprises, mais également avec des intervenants extérieurs.

Derrière ce tableau relativement sombre se cachent cependant de réelles et belles opportunités : une forte attente de la part des particuliers et des entreprises pour développer de nouveaux produits et services financiers, un environnement technique déjà largement digitalisé qui accélèrerait leurs mises sur les marchés, et surtout un personnel compétent, créatif et motivé qu’il faut remettre en mouvement.

Avant de présenter des exemples de démarches d’innovation en finance, il me semble d’abord nécessaire de revenir sur quelques recommandations de bonne pratique.

Ces quelques simples conseils viennent de mes nombreux retours d’expérience et des échanges que j’ai pu avoir avec d’importants groupes bancaires, pour l’essentiel en BFI, Asset Manager ou Dépositaire.

Il s’agit de Technologie

L’enjeu pour les banques est double : tenter de préserver leur clientèle en proposant des services au niveau de ceux que proposent Facebook, Amazon ou Apple (riches, interactifs, personnalisés) mais aussi et surtout de créer de nouvelles sources de revenu grâce à de nouveaux produits financiers digitaux.

Dans de nombreux exemples d’initiative, les métiers délaissent malheureusement la partie technique et la confient aux équipes informatiques au moment de la mise en œuvre. Cette approche est hasardeuse car une parfaite compréhension de la technologie et de son impact sont indispensables à une conception éclairée des nouveaux produits.

De tous les projets que j’ai pu accompagner, ce sont ceux où le métier avait compris l’apport de la technologie dans leur business model qui ont eu le plus de réussite.

Mon premier conseil est donc à destination du business : faites l’effort de maîtriser la technologie et les business model associés. Il est indispensable qu’un partenariat étroit avec l’IT se mette en place dès la conception des business cases.

Il ne s’agit pas que de Technologie

A l’inverse je rencontre souvent des équipes IT convaincues que la technologie est prépondérante, et qu’elle est le principal facteur des transformations en cours. Il suffirait de mettre en place du Big Data, de l’intelligence artificielle ou de modifier l’expérience utilisateur au travers des applications mobiles pour devenir la banque de demain.

Parfois même l’IT refuse la collaboration que lui propose le métier, en arguant qu’ils ont une connaissance amplement suffisante du business pour travailler seul.

Non, la technologie n’a pas soudainement pris le dessus du métier. En particulier dans la finance où l’environnement commercial est par nature riche et complexe. Il ne faut pas oublier que l’argent est au cœur des échanges et qu’il y a toujours une certaine complexité dans l’évolution des rapports avec ceux-ci.

Mon point de vue est que la banque de demain ne naitra pas par une simple collaboration métier-IT, mais au travers d’une réelle union des deux mondes.

#FinDev ! Culture « Startup », Partage, Data, Cloud

De cette complicité nouvelle entre financiers et développeurs naitront les services bancaires de demain. De #FinServ et #FinTech viendra la #FinDev (ou bien #FinHack).

La création de ces nouveaux services nécessite de nouvelles méthodes et de nouvelles procédures. Si les ambitions sont grandes, les incertitudes sont élevées. Les méthodes versatiles et « agiles » s’imposent à nous comme une évidence.

Un changement de culture est indispensable. Gardons en tête les principes fondamentaux de la culture « Startup » qui nous inspire et sur lesquels nous aurons l’opportunité de revenir : « Start Small, Make Big Impact ! », « Fail Fast ! ».

La connaissance du client, la culture de la donnée et le partage sont bien sûr indispensables. Mais la maîtrise des coûts et la sécurité le sont tout autant, sans oublier une dernière évidence : le Cloud, seul capable de répondre à ces prérequis et dont le développement planétaire permet de bâtir les fondations d’une nouvelle ère qui s’annonce passionnante.